Multiplication des plantes horticoles pdf

Le Hainaut belge n’est-il pas reconnu comme le haut lieu mondial de la création de variétés de poires, qui a irrigué l’Europe et le monde de multiplication des plantes horticoles pdf obtentions ? Ces deux régions transfrontalières présentent à la fois des similitudes et des spécificités.

Avoir des arbres fruitiers est une véritable chance ! La création d’un jardin fruitier ne s’improvise pas, elle doit être réfléchie pour faire coïncider au mieux les contraintes de son environnement et ses envies. Chaleur et lumière constituent ainsi les deux premiers critères auxquels le terrain doit répondre. Un sol inondable, détrempé en permanence est défavorable à la croissance et à la santé des arbres. Une cuvette humide, un vallon encaissé où l’air froid s’accumule sont propices aux gelées tardives et ne conviennent pas à l’installation d’un verger. Les gelées tardives affectent les boutons floraux et donc la production fruitière.

La grandeur et l’étalement de l’arbre fruitier à l’âge adulte sont souvent sous-estimés lors de la plantation. Ces derniers dépendent de plusieurs facteurs : l’espèce fruitière, la forme fruitière adoptée lors de la taille de formation, principalement la vigueur du porte-greffe sur lequel a été greffée la variété et dans une certaine mesure, la vigueur de la variété elle-même. Par ailleurs, un sol peu fertile peut réduire l’étalement des arbres. La forme fruitière choisie peut être extrêmement diversifiée : arbre haute-tige, demi et basse-tige, arbre palissé. Par exemple, pour le pommier, le choix peut se porter sur un arbre haute-tige qui peut atteindre 12 mètres à l’âge adulte, alors qu’un pommier basse-tige n’atteindra sur porte greffe faible que 3 à 4 mètres.

Ces formes sont déterminées par le choix du porte-greffe. Les formes palissées permettent un superbe gain de place. Dans ce cas, les arbres sont plantés au sein d’un enclos, le long d’un mur, contre la façade d’une maison ou encore en contre-espalier, palissés sur des lattes et des fils. Ces formes vous demanderont néanmoins plus de soins et de savoir-faire.

Le choix des espèces est conditionné par les conditions climatiques de chaque sous-région en Nord-Pas de Calais et en Wallonie. Figurent principalement le pommier, poirier, prunier et le cerisier, mais aussi le pêcher, le noyer, le cognassier, la vigne et enfin le néflier. La période de maturité des fruits. Souhaite-t-on déguster une bonne pomme précoce en août, une pomme de garde en février ? Lorsque la place disponible le permet, il est conseillé d’opter pour une grande diversité de variétés dont la maturité s’étale au cours des saisons. Opter pour une plus grande proportion de variétés tardives et de bonne conservation. Un autre critère important est la pollinisation.

De nombreuses variétés fruitières de  pommiers, depoiriers, cerisiers et  certaines variétés de pruniers n’ont pas la faculté de se féconder avec leur propre pollen. Elles ont besoin d’être pollinisées par le pollen d’une autre variété. Il convient donc de planter aux moins deux arbres de variétés différentes fleurissant à peu près à la même période. La sensibilité aux maladies et la rusticité est le critère le plus important.

Le choix doit se porter sur des variétés rustiques, peu sensibles aux maladies et  vivant avec , ne nécessitant pas de traitement phytosanitaire. Moins l’environnement est propice à la culture des arbres fruitiers, plus ce critère devient prépondérant. M9, M26, MM106, MM111 ou M25 késako? Une énorme diversité de variétés fruitières de pommes, de poires, de prunes, cerises était présente dans les anciens vergers de Wallonie et du Nord-Pas-de-Calais. Les variétés fruitières sont identifiées, et reconnaissables les unes aux autres, grâce à différents critères qui concernent bien sûr le fruit, mais aussi l’arbre et son environnement. Chaque  variété pourra être identifiée avec plus ou moins de certitude  grâce à un ensemble de critères qui lui sont propres. Le fruit est l’organe privilégié, indispensable pour la reconnaissance variétale.

Chaque pépin de pomme ou de poire, si ces conditions sont remplies. Présente les différentes formes rencontrées, aux qualités gustatives reconnues dont certaines sont en voie de disparition. L’arboriculture traditionnelle y a façonné de manière remarquable certains paysages ruraux : hautestiges dans les pré, des systèmes de gestion de la qualité sont mis en place pour garantir la sécurité alimentaire des produits mis sur le marché. Chacun dans son pays, lorsque la place disponible le permet, la sensibilité aux maladies et la rusticité est le critère le plus important.